Les Français et la consommation responsable

Les français et la consommation responsable

Depuis le mercredi 2 août, nous vivons à crédit. Selon un calcul réalisé par l’ONG Global Footprint Network, c’est précisément le jour du Dépassement Mondial 2017 : l’humanité a consommé autant de ressources naturelles que ce que la planète peut renouveler en une année entière.

Les Français sont de plus en plus conscients de l’urgence écologique et se familiarisent peu à peu avec les comportements responsables. Mais endosser l’effort du développement durable tout seul ? Pas question.

Le baromètre Greenflex sur la consommation responsable

Chaque année, le cabinet de conseil en solutions durables pour les entreprises Greenflex publie le baromètre « Tous acteurs ! Les Français et la consommation responsable ». Revenons sur l’édition 2017, réalisée sur un échantillon représentatif de la population française de 3800 individus âgés de 15 à 74 ans.

 

« Dans un contexte où les Français recommencent à se projeter dans l’avenir et à s’ouvrir (un peu plus) à l’autre, la consommation responsable continue de progresser mais ne s’efface pas devant la volonté de consommer tout court, annonce l’introduction du Baromètre 2017. Pour autant, les Français ne veulent pas endosser l’effort du « développement durable » seuls. Ils attendent clairement que chaque acteur de la société (Etat, industriels et marques, associations, distributeurs) porte et assume un rôle. Dans ce nouvel écosystème, leurs attentes vis-à-vis des acteurs sont plus que jamais proportionnelles à la défiance qui leur est portée : entreprises et marques en tête. »

 

La santé, premier levier

Parmi les grandes tendances 2017, Camille Lebret, Chef de projet RSE chez Altavia, retient que :

– la santé est le premier levier de consommation responsable : 45% des consommateurs achèteraient des produits respectueux de l’environnement avant tout parce qu’ils ont moins d’impact négatif sur leur santé ;

– les Français, s’ils sont de plus en plus vigilants sur la qualité des produits achetés, consomment différemment mais continuent à consommer ;

– pour 53% des Français, la consommation responsable, c’est consommer autrement : produits labellisés, locaux, bio, issus du commerce équitable…

– la confiance dans les grandes entreprises recule : en 2017, seuls 27% des Français  déclarent leur faire confiance ;

– les distributeurs (retail) sont considérés comme une alternative crédible aux enseignes spécialisées et aux grandes marques ;

 

Le sujet santé est en effet central. Le baromètre le présente comme « le sous-jacent majeur de la consommation responsable. Dans un monde perçu et ressenti comme nocif, il paraît nécessaire de préserver son capital santé, notamment par le choix de produits durables. Signe révélateur de cette tendance, la définition même du produit de qualité incarne le désir de santé. »

 

Agir, oui mais pas seuls

A la question « À votre avis, quelle importance ont les différents acteurs suivants pour agir concrètement en faveur du développement durable ? », les sondés ont placé en première position les entreprises et les marques ; en deuxième les Etats ; en troisième les individus ; et enfin, les distributeurs. Quatrième acteur du changement pour les Français (vs. 6ème en 2014, 5ème en 2016), la légitimité de ces derniers en matière de développement durable prend de l’ampleur, et concurrence celle des grandes marques.

 

 Les opportunités pour le retail

« De manière générale, le baromètre met également en évidence une nouvelle dynamique, annonce Camille Lebret. Les Français montrent, à travers leurs réponses, qu’ils sont plus optimistes, ont davantage confiance en l’avenir. Leur capacité à se projeter dans l’avenir est de retour, ce qui est une bonne nouvelle pour les enseignes, les marques et la grande distribution. »

 

Certaines enseignes ont bien compris qu’il fallait répondre présent et développent leur offre responsable. « Une Etude Opinion Way a d’ailleurs révélé que 89% des Français pensent qu’une entreprise peut être performante et avoir en même temps un impact social et environnemental positif », déclare Camille Lebret.

 

Franprix, enseigne de proximité urbaine du groupe Casino, a récemment lancé un nouveau concept, « Franprix Noé ». La boutique, qui se trouve rue Mouffetard, à Paris, est dédiée à la consommation responsable ; on y trouve des produits bios, équitables, locaux, sélectionnés pour leur qualité et leur goût. Sur la vitrine on peut lire : « Ici, chaque client peut être sûr que les produits qu’il achète entrent dans le mouvement vers une consommation plus responsable. Nous privilégions le bio et l’équitable, mais pas seulement, nous sommes aussi ouverts aux produits non labellisés qui méritent la confiance pour leur qualité et leur origine. Avant toute chose, nous défendons le goût, le sain et la joie de vivre ».

 

Carrefour Bio, de son côté, se déploie en Espagne, à Madrid. La boutique, située Calle Velarde 1, propose plus de 1 800 produits bios, sur 140 mètres carrés.

 

Aujourd’hui, chaque enseigne de la grande distribution propose à ses clients un rayon dédié au bio, principalement de produits alimentaires. D’après l’Agence Française pour le Développement et la Promotion de l’Agriculture Biologique, « la part de marché des GMS est d’environ 45 %, devant la distribution spécialisée bio (37 %), la vente directe du producteur au consommateur (13 %) et les artisans ou commerçants (5%) ».