La mise en intelligence collective, quand l’employé devient porteur du projet de l’entreprise

mise en intelligence collective

La BU belge Altavia ACT* est unique en son genre. Sa spécificité ? Un management novateur basé sur l’intelligence collective. De la motivation initiale à l’impact commercial, Anne-Catherine Trinon, CEO de l’agence bruxelloise, nous explique tout sur ce modèle de management qui a de plus en plus le vent en poupe.

Mais d’abord, qu’est-ce que la mise en intelligence collective ?

C’est un processus qui permet d’amener une équipe de l’obéissance à l’autonomie et à la co-responsabilité. Chaque employé devient ainsi porteur du projet de l’entreprise.

 

Pourquoi donner plus d’autonomie aux employés ?

Dans une PME, un chef d’entreprise passe le plus clair de son temps à jouer les pompiers, passant d’équipe en équipe pour régler les problèmes. Rendre l’autonomie à chaque individu permet de le responsabiliser par rapport à ce qu’il fait. Les problèmes sont donc gérés par les équipes, dans un souci de collaboration, tandis que le chef d’entreprise peut se consacrer à sa tâche principale : développer son activité, sa vision et démarcher de nouveaux clients pour faire croître la structure.

 

Anne-Catherine Trinon

Anne-Catherine Trinon,, CEO d’Altavia ACT*

Miser sur l’humain, un choix gagnant

« J’ai fait le choix de miser sur l’humain », nous explique Anne-Catherine. « Ce que je voulais, c’est que mes équipes aient toujours la même envie de pousser la porte de l’entreprise dans 5 ans. » Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça fonctionne ! Altavia ACT* connaît un très faible taux de rotation de personnel par rapport à l’ensemble du marché.

 

« Le moteur d’une entreprise, c’est l’humain. »

 

Un mode de pensée à contre-courant

L’idée surprend au départ. En effet, depuis des siècles, le schéma de travail n’a jamais vraiment changé : les « petites mains » travaillent pour leurs supérieurs en suivant et en appliquant les instructions à la lettre, sans les remettre en cause. C’est donc un changement de mentalité qui doit s’opérer à tous les niveaux. Il faut apprendre à travailler en toute liberté et en confiance. Ce changement prend du temps : au moins 5 années pour installer ce processus et modifier l’ADN.

 

Et le retour sur investissement dans tout ça ?

Si ce modèle demande du temps et de l’argent, il en rapporte également. Nous l’avons vu, la mise en autonomie des équipes permet de libérer les managers pour leur permettre de développer l’activité de l’entreprise. Quant aux employés, ils sont armés pour identifier et solutionner les problématiques qui se manifestent, fluidifiant ainsi la gestion en interne. Les clients et prospects sont par ailleurs de plus en plus nombreux à être séduits par ce mode de fonctionnement. Les clients deviennent ainsi de véritables partenaires. Ils sont inclus dans la réflexion et peuvent suivre, en temps réel, l’évolution de leurs projets. Les derniers outils collaboratifs contribuent également à cette relation privilégiée et transparente entre Altavia ACT* et ses clients.

 

Des valeurs sinon rien

Avant de se lancer dans cette aventure, l’entreprise doit avoir une vision claire, portée par des valeurs déterminées collégialement par l’ensemble de l’équipe. Il faut aussi être conscient qu’une fois le processus initié, il n’y a pas de retour en arrière possible : liberté acquise ne peut être reprise, précise Anne-Catherine.