17 objectifs pour l’édition 2017 de la Semaine européenne du développement durable

Semaine européenne du développement durable

 

Du 30 mai au 5 juin 2017 a lieu la Semaine européenne du développement durable. Objectif ? Faciliter les différentes formes de mobilisation concrètes, individuelles et collectives, afin de promouvoir le développement durable et de sensibiliser à ses enjeux. Pour cette édition 2017, les 17 objectifs de développement durable fixés par les Nations Unies en 2015 sont à l’honneur.

 

C’est reparti pour une nouvelle Semaine Durable, durant laquelle de nombreuses manifestations sont programmées, à travers toute l’Europe. En 2016, plus de 300 000 citoyens dans 38 États membres de l’Union européenne et autres pays européens ont participé, avec 4 146 initiatives, activités et événements, dont 1 661 en France.

 

Cette année encore, un site dédié, répertorie l’ensemble des projets français – classés par thèmes ou par régions -. « A Paris, par exemple, le mouvement 1.618 ouvre un concept store sur le luxe durable à La Corderie, à Paris, du 1er au 11 juin, indique Camille Lebret, chef de projet Environnement chez Altavia. Une quinzaine de marques françaises et étrangères issues de tous les domaines de l’art de vivre (design, mobilité, gastronomie, new tech, mode, joaillerie, parfumerie…) seront présentes. A travers ses actions, 1.618 cherche à mettre en évidence que le développement durable est bien compatible avec la création, la qualité et l’esthétique. »

 

Améliorer la vie des populations, partout dans le monde

 

Pour cette édition 2017, l’objectif est de mettre en lumière les 17 objectifs de développement durable (ODD), fixés par les Nations Unies en septembre 2015, dans le cadre du programme de développement durable à l’horizon 2030. Ces 17 ODD portent les défis qui doivent permettre d’améliorer la vie des populations partout dans le monde : éradication de la pauvreté, sécurité alimentaire et agriculture durable, santé et bien-être, éducation de qualité, égalité entre les hommes et les femmes …

 

« En France, des actions sont menées par des entreprises membres du Global Compact, pour atteindre les 17 objectifs de développement durable, raconte Camille Lebret. Concernant l’éradication de la pauvreté par exemple, le groupe Essilor International, numéro un mondial de l’optique ophtalmique, a mis en place un programme de lutte contre la mauvaise vision non corrigée, appelé Vision for life. » Avec une dotation initiale de 30 millions d’euros, ce programme serait l’engagement caritatif stratégique le plus important au monde en matière de lutte contre la mauvaise vision non corrigée.

 

Autre exemple, lié à l’objectif numéro 7 «  Energies propres et d’un coût abordable », le programme d’accès à l’énergie, mené par Schneider Electric. « Aujourd’hui, près de 1,1 milliard de personnes – presque 1 personne sur 5 dans le monde – n’a pas accès à l’énergie, peut-on lire sur le site du spécialiste mondial de la gestion de l’énergie et des automatismes. En développant des modèles économiques inclusifs, Schneider Electric contribue à réduire la pauvreté tout en protégeant l’environnement grâce à une démarche innovante et économiquement viable. »

 

Le projet d’Armor-Lux, lié à l’objectif « Mode de consommation et production durable » est tout aussi remarquable. En 2011, l’entreprise d’origine bretonne a réussi à concevoir, à partir de bouteilles en plastiques, une veste en polyester recyclé et recyclable pour la Mairie de Paris.

 

« No impact week »

 

Durant cette semaine européenne du développement durable, l’agence Mieux organise également, pour la 3e année, la No Impact Week. « Tout est parti du blogueur américain Colin Beavan qui a expérimenté avec sa famille un mode de vie sans impact écologique pendant une année à New-York, explique Camille Lebret. Thomas Parouty, fondateur de l’agence Mieux, s’en est inspiré pour organiser au sein de son entreprise une semaine dédiée à la réduction de l’empreinte carbone. » Pour l’édition 2017, de nombreuses actions, conférences et partages d’expériences sont au programme. Pourquoi ne pas commencer par le premier défi « Pendant la semaine européenne du développement durable, je ramasse avec mes collègues au moins 1 déchet par jour ! » ? Allez, on s’y met.