Meituan ou le pari risqué sur l’avenir

Meituan

Les super applications, comme WeChat –TenCent–, Alipay –Alibaba– et Meituan  sont très populaires en Chine. 

 

Si Alibaba et Tencent sont désormais bien connus du grand public européen, ce n’est pas le cas d’un autre géant chinois, fondé en 2010 : Meituan. La start-up, entrée dans le club très prisé des « super app’ » a été introduite en Bourse en septembre dernier. Une entreprise florissante en pleine croissance ? La réalité est toute autre. Le point avec Stéphane Joly, Directeur grands comptes chez Altavia.

Meituan : présentation

Lorsque la start-up est fondée par l’entrepreneur Wang Xing en 2010, ses activités concernent les achats groupés de produits et de services en ligne, offrant l’opportunité aux clients de bénéficier de remises importantes, comme Groupon. Au fil des années, Meituan a considérablement étoffé son offre :

 

  • En 2015, l’entreprise rachète Dianping, une plateforme participative qui référence restaurants et hôtels, et qui compte plus 200 millions d’utilisateurs actifs par mois.
  • Meituan se lance également à l’assaut du secteur de livraison de repas à domicile, concurrençant ainsi Ele.me, du géant Alibaba.
  • Avec le rachat, pour 2,7 milliards de dollars, de la société de vélos en libre-service Mobike – 320 millions de clients ! – Meituan complète son offre.
  • Enfin, la start-up s’est récemment lancée dans la réservation de VTC(véhicules avec chauffeur)

 

« Les super applications, comme WeChat –TenCent–, Alipay –Alibaba– et Meituan  sont très populaires en Chine ; on ne retrouve ce phénomène que là-bas ! témoigne Stéphane Joly. WeChat a déjà dépassé le milliard d’utilisateurs qui utilisent plusieurs heures par jours, la messagerie mais aussi massivement le m-wallet  Wechat Pay. Quant à Alibaba, plus de 600 millions de Chinois s’en servent très activement pour payer tout et n’importe quoi au quotidien. Vient Meituan qui compte la bagatelle de 200 millions d’utilisateurs… C’est
considérable ! »

 

Mais à la différence de ses deux principales concurrentes, Meituan est uniquement utilisée sur le marché chinois. Sa notoriété, au delà des frontières, est donc bien moindre.

 

Un pari sur l’avenir 

« Wang Xing, fondateur de Meituan, a planifié l’introduction à la Bourse de Hong-Kong de sa société, raconte Stéphane Joly. L’événement a eu lieu en septembre : l’entreprise a été valorisée par les investisseurs près de 53 milliards de dollars (45 milliards d’euros) ! Il est intéressant de mettre cela en perspective avec ce que nous connaissons bien : des groupes comme Accor ou Carrefour dont les valorisations
sont bien moindres. »

 

Assiste-t-on à la montée en puissance d’une nouvelle licorne ? Pas si sûr. En 2017, Meituan perdait pas moins de 3 milliards de dollars. « La start-up investit énormément, et dépense de grosses sommes d’argent, d’où ce besoin d’entrer en Bourse, explique Stéphane Joly. Meituan évolue dans un secteur qui explose en Chine ; on peut donc considérer cette valorisation comme un pari sur l’avenir. Tout comme ce fut le cas pour Amazon en son temps. Mais l’écart entre la valorisation et les pertes annuelles sont telles que dans le cas de Meituan, le pari est très risqué ! »

 

Pragmatisme chinois

Alors, que se passera-t-il  dans les années à venir ?  Meituan aura-t-elle les reins assez solides pour continuer sa guerre commerciale de prise de parts de marché contre Ele.me du groupe Alibaba, qui dispose d’un trésor de guerre et d’une valorisation de son groupe  10 fois supérieure ? « Comme souvent en Chine, le pragmatisme domine : Alibaba tout comme TenCent ont investi dans le capital de Meituan, révèle Stéphane Joly. Si l’aventure Meituan venait à se transformer en success story, les deux géants n’auront ainsi pas tout perdu. »

 

Affaire à suivre… de près.