#OCNI – La Pelucherie

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Il était une fois, deux petites filles qui décidèrent de relancer la marque culte que leur grand-mère avait créée, en 1976. Pour le plaisir des petits et des grands, la Pelucherie propose à nouveau des peluches de grande qualité, et a adapté sa communication et sa distribution à l’ère du temps.

 

Ceux qui l’ont connue s’en souviennent forcément. Créée en 1976, la marque La Pelucherie a fait le bonheur de nombreux enfants durant près de 30 ans. Une véritable institution, à la renommée internationale, dont la boutique située sur les Champs Elysées faisait rêver petits et grands.

 

10 ans après la fermeture de son magasin mythique, La Pelucherie est relancée par Natacha Benarous et Alexandra Rapaport, les deux petites filles de la fondatrice. 

 

Une place de choix pour des jouets « à l’ancienne »

C’est en 2016 que Natacha Benarous et Alexandra Rapaport décident donc de relancer la production artisanale dans des ateliers italiens, au savoir-faire exceptionnel. Chaque peluche est unique, cousue à la main, avec des matériaux de grande qualité. Un positionnement haut-de-gamme, pour une marque forte, qui réussit à se distinguer à l’heure où le marché du jouet est noyé sous l’offre chinoise. Et comment ne pas accueillir avec plaisir une peluche que l’on peut caresser et serrer dans ses bras, dans un monde de plus en plus digitalisé auquel l’univers du jeu n’échappe pas ? Natacha Benarous et Alexandra Rapaport ont su réoccuper une place de choix pour des jouets « à l’ancienne », créateurs d’émotions pour les petits et les plus grands. 

 

Une communication nouvelle génération

Au-delà des produits dont la confection est restée très traditionnelle, la communication a été repensée pour renouer un lien fort avec les clients. La Pelucherie est très présente sur les réseaux sociaux, avec des publications et des stories quotidiennes sur Instagram, Facebook, Linkedin… sans oublier l’envoi de newsletters. Les noms des peluches nouvelle génération comme Hector le Shar Pei, Rosalie la tortue, Alfred le hérisson, Marcel le singe, ou Balthazar le croco sont imaginés avec une communauté de clients fidèles via Instagram. Le #jaimelespeluchesetalors, plein de joyeuse connivence, a également été créé, pour permettre à chacun de revendiquer sa passion pour les animaux tout doux et ce, quel que soit son âge ! Un lien de proximité avec les clients est également apporté par l’esprit start-up de La Pelucherie : Natacha Benarous et Alexandra Rapaport font les colis et les envoient elles-mêmes à la Poste. Sans oublier d’écrire un petit mot à la main.

 

Des outils de communication bien utilisés, pour reconquérir des parts de marché et renouer des liens tangibles avec les clients, petits et grands.

 

Une distribution repensée

Aujourd’hui, La Pelucherie articule sa distribution autour du site web, qui représente 30% du chiffre d’affaires, de grandes enseignes et de magasins éphémères. Des clients prestigieux comme Le Plazza-Athénée et l’Hôtel Crillon ont passé commande de pièces sur mesure. Le chiffre d’affaires est équitablement divisé entre ventes aux professionnels et aux particuliers. 

 

La distribution internationale commence également à devenir réalité avec, pour commencer, la conquête de l’Irlande et de la Suisse.

 

Une belle renaissance pour cette marque iconique, qui a su se moderniser sans jamais se trahir.

 

Par Thierry Strickler, Market Intelligence Lead