Fusion d’agences : comment rapprocher deux cultures d’entreprise différentes

Anne-Catherine Trinon, PDG d’Altavia ACT*, nous explique la façon dont elle a réussi la fusion de son agence belge spécialisée dans les services marketing.

 

 

Dans la vie d’une entreprise, quel que soit le secteur auquel elle appartient – marketing et communication, publicité, ou autre – une fusion est toujours un moment particulier. Et c’est seulement une fois la paperasse administrative réglée que le véritable travail commence : il faut s’assurer que vos collaborateurs adhèrent tous au projet et partagent la même vision.

 

En 2015, ACT*, l’entreprise que j’avais fondée en 1997, a été rachetée par le groupe Altavia. Cette fusion constituait une étape logique, car les deux entreprises se spécialisaient dans les services marketing aux professionnels de la vente. C’est ainsi que, ces dernières années, j’ai eu le plaisir de diriger l’agence Altavia ACT* nouvellement formée.

 

Une fusion n’est jamais simple, mais voici quelques étapes fondamentales pour faciliter le processus. Elles participent d’une intelligence collective – un principe inscrit dans l’ADN de notre agence.

 

Anticiper le changement pour se transformer plus rapidement

Un mois avant l’annonce de la fusion, la direction avait organisé un séminaire durant lequel nous avions étudié attentivement les conséquences et les écueils de cette fusion. Il nous a permis d’anticiper les craintes, les doutes et les refus que chacune des deux parties pourrait être amenée à exprimer. Il va sans dire que le jour de l’annonce a été soigneusement préparé afin de jeter les fondations de la transformation engendrée par ce changement radical.

 

Annoncer la fusion avec assurance et ménagement, puis écouter

Après avoir annoncé la fusion aux deux entreprises de façon séparée, tous les collaborateurs se sont vu remettre une FAQ contenant les réponses à la plupart de leurs questions. Nous avons également mis en place une zone sanctuarisée où tous les collaborateurs pouvaient se rendre pour écrire leurs questions ou leurs doutes sur le mur, de façon anonyme. Tous les jours, je passais personnellement les voir et prenais soin de répondre à leurs questions aux côtés de l’équipe de direction.

 

Se rassembler et faire connaissance…

Puisque je dirigeais déjà ACT*, mais que j’étais nouvelle chez Altavia, je me suis entretenue individuellement avec chaque collaborateur pour discuter de notre avenir commun. Tout pouvait être exprimé : il était entendu que ces échanges resteraient entre nous. Peu après, nous avons réuni les équipes et les avons incitées à se demander ensemble comment collaborer de façon plus rapprochée, comment leurs compétences pouvaient se compléter, et ce que chacune pouvait faire spontanément pour faciliter le processus.