#OCNI – Greendy Pact : « Rien ne se perd, tout s’échange »

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

 

Renouveler son dressing sans acheter un seul vêtement ? C’est le concept proposé par Camille Courmont, à la tête du projet Greendy Pact. Un concept-store de mode responsable, qui verra le jour en janvier 2020, à Lille. 

Le textile est la seconde industrie la plus polluante. Les exemples ne manquent pas pour prouver l’impact nocif de la filière sur l’environnement : pour la seule fabrication d’un jean, entre 7 000 et 11 000 litres d’eau sont nécessaires, soit 285 douches (source : Revers de mon look ; ADEME, mars 2018) ; la production et le transport des textiles génèrent 1,2 milliard de tonnes de gaz à effet de serre par an, soit davantage que tous les vols internationaux et les transports maritimes réunis (Source : A new textiles economy: redesigning fashion’s future ; Fondation Ellen Macarthur, novembre 2017) ; etc.

 

Une mode engagée, mieux partagée

Pour y remédier, l’économie circulaire propose la mise en place de nouveaux modes de conception, de production et de consommation plus sobres et efficaces. Parmi eux : l’allongement de la durée de vie d’un vêtement, à travers le marché du vêtement d’occasion. Une lilloise de 31 ans, Camille Courmont, a décidé de développer ce concept, en y introduisant la notion de troc. « Greendy Pact est parti d’un simple constat : je n’ai jamais rien à me mettre alors que mon dressing déborde, explique l’entrepreneuse, consultante en communication. Je n’ai pas le temps de prendre des dizaines de vêtements en photo ni de préparer des colis pour les vendre sur Vinted, le tout associé à une prise de consciente sur l’impact environnemental de la mode. Je ne veux plus succomber à la fast-fashion. Alors comment renouveler ma garde-robe, sans l’encombrer tout en gardant le plaisir du shopping ? En échangeant mes vêtements ! »

 

Le principe de Greendy Pact ? Apporter les vêtements que l’on ne souhaite plus garder (en bon état, encore dans l’air du temps et de saison) dans le concept store de Greendy Pact, dans le centre de Lille ; obtenir sur son compte en ligne une monnaie virtuelle appelée Greendy (en fonction de la catégorie du vêtement, entre 0,5, 1 ou 3 crédits) et rentrer dans le cercle vertueux de Greendy Pact ; choisir les vêtements déjà déposés et prêts à être réadoptés ! 

 

La particularité ? Le business model de Greendy Pact repose sur un principe de souscription payante en ligne et l’accès au concept-store est donc uniquement réservé à celles et ceux qui seront titulaires d’un Pass.

 

Incubé depuis mai 2019 à Blanchemaille, et accompagné par la BGE de Lille, le projet verra bientôt le jour, secteur rue Pierre Mauroy.

 

La formation d’une communauté, au sein du magasin physique

Greendy Pact surfe sur la tendance très forte de la consommation responsable via le marché du « second hand », qui connaît une croissance fulgurante. L’engagement de la start up est d’ailleurs total, avec la proposition d’apporter les vêtements qui seraient refusés, à une association locale. 

 

Le plus ? Le concept repose sur un commerce physique, qui favorisera le lien entre les clients et Greendy Pact. On imagine qu’à terme, une communauté de personnes partageant les mêmes valeurs et la volonté de s’engager dans une consommation maline, raisonnable et raisonnée, se formera. Des rencontres et des partages de bonnes pratiques dans le secteur de la mode – mais pas que !- pourront avoir lieu, au sein du magasin.

 

D’autres voies de navigation existent pour faire du shopping plaisir tout en diminuant fortement son impact sur la planète bleue ! Vive Greendy Pact !

 

Par Thierry Strickler, Retail Intelligence Lead